• J'ai rêvé de lapin et même pas de navet. Ni même des légumes à couscous. C'est comme cela que certains de nos gestes ou non gestes s'imposent et marquent plus encore leur passage.

    Je n'ai pas rêvé par exemple que je faisais parti d'un duo de chanteuses anti-sècheresse, ni de courses aviron contre pédalo, ni même que je zappais de Val Kilmer à Marc-Olivier Fogiel, avant de perdre connaissance, et de la retrouver en allant rencontrer le parquet au pied de mon canapé. J'ai rêvé de lapin, sans jamais en voir un, tout en robe bleue que j'étais délicieuse Alice.

    Trop mangé de coquillettes aux champipis. Ou trop envie de voir Bambi 2.

     


    20 commentaires
  •  

    Je suis bien décidée à chanter avec un micro pour spatule (ou l'inverse) en allant me pendre à mes rideaux de douche roses et comme je comprends pas tout aux paroles et que j'hésite sur les "alaska" ou "all i ask", voire "i ask her", j'imagine tout et n'importe quoi. Et ça me fait rire comme une idiote. Et ça me change d'imaginer tout et n'importe quoi de ce que Stephany says, quand on ose pas imaginer tout ce qu'Agatha fait comme semoule pour pédaler dans sa petite tête.


    19 commentaires
  • Enfin rien à faire un matin !!! si... juste vérifier que le plombier qui s'affaire sous ma douche, ne fasse pas plus de dégâts que possible. Mais à la rigueur il pourrait faire n'importe quoi, briser les murs à poings nus, essuyer son torse dans le rideau de douche rose bonbon (merci Innocente pour tes idées déco intérieure), que je ne comprendrais toujours rien à ces histoires de tuyaux qui rouillent et fuient et font plic ploc...

    On est passés à l'ère de l'électronique, non ?

    Et puis à ne rien faire, à part papotter plaisamment à une paire de gambettes fines et longues dans des bottes à mourir (la vie parisienne c'est du n'importe quoi), lire tout ce que j'avais en retard de lecture par ici, je me suis posé des questions sur mon vrai moi, et l'avenir du monde.

    Si on avait voté "oui" au referendum, j'aurais peut-être eu un beau Polonais au physique enchanteur, taillé par la fin du communisme, à la serpe sculptant le moindre muscle... parce que là ma matinée avec Maurice, moustachu bedonnant sentant la Gauloise et tout droit issu de la plomberie parisienne des années 50, c'est pas la même ambiance.


    28 commentaires
  •  


    Je ne suis pas si sûre que peindre toute ma chambre en rose, juste parce que c'est ce à quoi je rêvais toute petite, soit une bonne idée...


    ... au bout du compte.


    28 commentaires
  • Mon père a attendu hier soir pour enfin me dire quelque chose d'intéressant, en pratiquement une semaine de vie presque commune. C'était sur les quais à attendre un train toujours en retard. (Est-ce que ça n'arrive qu'à moi ?)

    "Christine..."


    Mon père ne m'appelle pas Agatha évidemment. Ni Christine non plus. Il a un petit surnom bien plus ridicule.
    (Et pour vous en apprendre plus sur ma famille : mon père ne s'appelle pas Agatha évidemment. Ni Christine non plus. Il a un petit surnom bien plus ridicule.)


    "Christine, il t'a fallu 5 jours pour te remettre de ta dernière cuite, ici, cette semaine. Qu'est-ce que tu vas faire à la capitale ?"


    J'en ai encore mal au crâne.


     


    27 commentaires